samedi 17 septembre 2022

Bernard Magos membre d'honneur de l'UBS

 

Bernard Magos, découvreur d'une salle à la célèbre grotte néandertalienne de Spy et du Trou Bernard à Belgique à l'âge de 18 ans, a sans doute la carrière de spéléologue la plus longue sur son palmarès de découvertes.
Citons-en quelques unes, comme sa présence en 1951 à la première expédition internationale à la Pierre Saint Martin où il était assistant de son maître Max Cosyns. Avec ses camarades du Spéléo-Club de Belgique, dont il est le co-fondateur, il se trouvaient là aussi en 1952, quand ils ont relayé l'alerte qu'un accident était survenu à Marcel Loubens dans le grand puits du Gouffre.

Ou à partir de 1954 à la Grotte de la Cigalère (Pyrénées Ariègeoises) comme cinéaste et explorateur, où avec une équipe franco-belge il a passé le terminus de Norbert Casteret. Bernard y a été honoré avec une salle qui porte son nom et y découvrît en solitaire la plus belle galerie de cristaux... dont Casteret lui écrit que "la splendeur atteint un degré inouï". C’est en 1955 que Bernard montre à Casteret, pendant une séance qui dure 20 heures, sa découverte de son «Couloir des Anges», suivi du «Septième Ciel», que Casteret qualifiera  "l’apothéose des cavernes", le plus beau et le plus exceptionnel sous terre que Casteret a vu dans sa carrière de spéléologue, et celui-ci lui conseille de garder ce lieu secret.

A partir de 1955, Bernard commence une carrière de conférencier avec ses documents sur le monde souterrain et montre régulièrement au public ses films et ses clichés pendant ses projections-conférences des «Splendeurs et Misères de la Spéléologie».

Mais c’était Norbert Casteret qui a fait le tour du monde en conférence avec... le film de Bernard Magos sur la Cigalère. Quand Bernard, avec ses camarades, ont ‘visité’ Casteret lors d’une conférence, celui-ci disait ne pas pouvoir lui payer. Dans une lettre manuscrite à Bernard Magos, Norbert Casteret lui "cède, avec le plus grand plaisir, les droits cinématographiques sur mes récits".
A Rouffignac (Dordogne), lors de la découverte des peintures préhistoriques, il participe aux recherches avec les Professeurs Nougier et Robert, rencontre l'Abbé Breuil pendant l'authentification en 1956, et réalise deux films.


En 1961, au Gouffre Martel (frontière franco-espagnole), Bernard fait une tentative de plongée du siphon terminal en vue de la jonction avec la Cigalère. Bernard réclame d'ailleurs être le seul et unique explorateur de l'intégralité de la Grotte de la Cigalère et du Gouffre Martel.
Encore en 1961, avec l'Abbé Stas, il réussit la perçée par l'intérieur d'une entrée aux Grottes de Hotton, ce qui permettra l'aménagement touristique de l'une des plus belles grottes de la Belgique, jusqu'à la salle du '«Huitième Ciel»En 1966, Bernard reçoit de la Mairie de la commune de Hotton en Belgique le Diplôme de Citoyen d’Honneur de la Ville de Hotton.


En 1971 Bernard quitte Paris pour s'installer à Issirac dans le Gard. En 1979 il accepte pour une saison la gestion de la Grotte touristique de la Forestière, puis en 1982 il tourne le premier reportage vidéo pour la promotion de l'Aven d'Orgnac.


Bernard  met sur pied des programmes d'initiations «A la découverte de la nature et des grottes» et en 1990, il fonde l’association «L’Image-Témoin», consacrée à la spéléologie, la vidéo et aux conférences. En 1998, L’Image-Témoin devient «Nature-Témoin» ce qui permet Bernard de partager ses découvertes et sa connaissance du monde souterrain par des initiations spéléologiques, et l’association sera affilié à la Fédération française de Spéléologie, FFS, et le Comité Départemental de Spéléologie du Gard, CDS30.
Bernard reste président de l’association Nature-Témoin jusqu’en 2010, puis est nommé honorable secrétaire à vie  pour qu'on poursuive en son honneur les recherches spéléo-scientifiques.


En 2001, Bernard publie en ‘Ecokarst’ de la Commission wallonne de protection de sites souterrains, son Plaidoyer pour la libre poursuite des explorations des réseaux souterrains protégés. Il a écrit ce texte pour les Assises de l’Environnement Karstique dans le Doubs (octobre 2001) :

« Tiemo hominem unis libri" (je crains l'homme d'un seul livre); cette sentence de St Thomas d'Haquin nous met en garde contre notre tendance à oublier la complexité des choses, lorsque nous sommes emportés par le zèle à faire triompher une mission méritoire.

On voit les mesures à prendre pour réaliser un idéal le plus parfait possible, on ne voit pas les entraves créées ainsi à toutes sortes d'autres activités qui elles aussi ont leur idéal légitime. Polarisé sur les buts à atteindre, on tombe insensiblement dans un certain radicalisme, puis dans des formes de fanatisme… ainsi une idée trop absolue de la protection ou bien l'adoption de mesures générales simplistes (du genre cent personnes par an et par groupes de 10 maximum dans telle cavité) peuvent induire toutes sortes d'effets pervers à l'encontre de l'éthique de la spéléologie, à savoir la découverte de nouveaux aspects de la nature, objets d'études pour la science, d'émerveillement personnel et de partage avec les autres.

D'ailleurs la logique de protection poussée jusqu'au bout signifierait le renoncement à toute incursion sous terre… et on sait bien ce qui se passe, lorsque sont adoptées de telles mesures ressenties comme abusives : effractions à coup d'explosif et même destructions à titre de vengeance…

Formulons le voeux qu'à l'avenir les responsables de la protection n'oublient pas que l'exploration d'une grotte n'est jamais terminée, qu'elle a aussi été découverte pour pouvoir être admirée et que si le critère de protection est justifié, celui de l'exploration et celui du partage le sont tout autant.

Ne scions pas la branche sur laquelle nous sommes assis… sinon il ne faudra pas s'étonner de voir les spelologues se refermer sur leurs secrèts» 

Ce couteau de paroles prophétiques coupe à double tranchant. Notre ami Bernard n’arrête jamais de partager sa connaissance du monde souterrain et ses découvertes. Et malheureusement, souvent il se fait démolir, menacer et même s’exclure de voir la suite de ses propres découvertes.


En février l'an dernier, le Conseil d'administration de l'Union Belge de Spéléologie (UBS) avait décidé d'octroyer à Bernard Magos le titre de Membre d'Honneur de l'Union Belge de Spéléologie, lors de la Fête de la Spéléologie, ce 17 et 18 septembre 2022.

 

Malgré son abstention de medicaments et l'application stricte de la diététique à base de produits naturels comme les algues vertes, la santé de Bernard, qui se repose actuellement en centre de soins, ne permet pas un déplacement en Belgique.
C'est pourquoi l'association Nature-Témoin a organisé aujourd'hui la remise du diplôme de Membre d'Honneur par lien vidéo entre le Gard et la Belgique. Avec Bernard, en live, parmi ses amis en France; à l'autre bout de la ligne les spéléos de Belgique.

BRAVO BERNARD !!


Bibliographie

  • A.R.S.H.A.L. (2003), Bibliographie et Historique des Explorations à la grotte de la Cigalère et le Gouffre Martel, Bulletins de l’ARSHAL de 1969 à 2003.
  • AVALON The Yellow Pages of Caving in Belgium (S.C. Avalon, www.scavalon.be)
  • BOULANGER P. (1966),  Grottes et Abîmes, éd. Latines, p. 140.
  • CAILLAULT (2009) Papy fait de la spéléologie (SpéléoMag 66, 2009)
  • CARELS E., MAGOS B., DODGE D. (1973) rapport d'expédition franco-belge CARSS du 1 au 15 août 1973, Plateau de Liat, Valle d'Aràn, Pyrénées espagnoles, archives BM passés à l'expédition Val d'Aran 2018-2022
  • CASTERET N. (1955), carte postale adressée à Bernard Magos.
  • CASTERET N. (1958), Au pays des eaux folles, A l’assaut des cascades de la Cigalère, Librairie Académique Perrin, avec des clichés de BM, pp. 119-124.
  • CHAILLOUX D. (1996) La Cigalère
  • COLLIGNON M., 1968, Le Trou Bernard, extrait du Bull. de la SSN, n°24, juillet 1965 à 1968, plan dressé par P. Vandersleyen, M. Collignon et J.M. François.
  • DE BLOCK G., De la Chantoire au Sotano : histoire de la spéléologie belge (Guy De Block) (Google books)
  • DERAMEE E. (2009), Le Spéléo-club de Belgique, Souvenirs du CAB extraits des carnets de souvenir de Jean-Marie Lechat, internet, 1 pg.
  • D’URSEL P. (1960), Un Joyau : la Cigalère ; Un film : Dimanche sous Terre ; Au Cœur des Montagnes, La Renaissance du Livre, 184 pp.
  • D’URSEL P. (1961), Dans la nuit des abîmes, Initiation à la spéléologie, Collection Pro Juventute, Editions du Soleil Levant, 64 pp.
  • D’URSEL P. (1962), L’ivresse des profondeurs. 30 ans de Cigalère. Collection Durendal, n°4- Mars 1962, 144 pp.
  • D’URSEL P., MAGOS B. (1964), Contribution à l’étude du réseau hydrologique Martel-Cigalère, Spélunca mémoires n°4, Actes du Congrès National de Spéléologie, Fédération française de Spéléologie FFS, p. 167.
  • D’URSEL P. (1965), Histoires grottesques, Livres du Temps, p. 5 (dédicace) & 167.
  • D’URSEL P., MAGOS B. (1967), Le réseau hydrologique Martel-Cigalère, Spélunca mémoires n°5, p. 209
  • FANUEL G. (2010), Découverte SSN au Trou Bernard, Bulletin de la SSN Société Spéléologique de Namur, p. 10.
  • GREBEUDE et. al. (2020), Bernard Magos, Regards n° 89, 1° semestre 2020, Bull. de l’Union belge de spéléologie.
  • GRIOSEL Y. (1959), Pyrénées souterraines, Editions Flammarion, 238 pp.
  • LARTIGUE A., 
  • L’Iconothéque du Dr Lartigue (Alain Lartigue, alainlartigue.wordpress.com)
  • MAGOS B., (1949-2022), Notes et archives personnelles, inédites. Nature-Témoin, Issirac.
  • MAGOS B., (1949-2022), Archives photographiques et cinématographiqes, inédites. Nature-Témoin, Issirac.
  • MAGOS B., (1954), Cigalère (Bruxelles)
  • MAGOS B., (2002), Plaidoyer pour le poursuite des explorations des réseaux souterrains protégés (Bernard Magos, Assises de l’Environnement Karstiques, Doubs, 2001), Ecokarst (Périodique du CWEPSS, N° 47, 2002)
  • MAGOS B. et al. (2011 & 2022), Observation d’art pariétal à la grotte de Saint-Marcel d’Ardèche. L’image-témoin. Editions Nature-Témoin, Issirac, 4 pp.
  • MORE YEARS More Years Under the Earth (Norbert Casteret, www.caves.org/section/hss/pu93v71.htm)
  • NOUGIER L.-R., ROBERT R., ALMAGRO M., BREUIL H. (1957), Rouffignac ou la guerre des mammouths, La Table Ronde, FéniXX rédition, 230 pp.
  • PEETERS F. (1962), Grotte de Hotton-Hampteau. mémoire de tous les détails et anecdotes de l’histoire de la découverte des grottes de Hotton par les membres du Spéléo Club de Belgique https://chroniqueshottonnaises.wordpress.com/2017/03/16/a-la-recherche-des-grottes-de-hotton-2
  • Le PROGRES, Exploration de Bernard Magos à la Cigalère (Journal Le Progrès du 29/10/1961)
  • S.C. DE BELGIQUE Historique des recherches spéléologiques à la Grotte de Hotton (Spéléo-Club de Belgique, www.speleoclubdebelgique.be)
  • S.C. de PARIS (1996) L’Histoire du SCP, bibliographie (Spéléo-Club de Paris)
  • VAN DEN ABEELE J.-P. (1958), Exploration de la Cigalère. La spéléologie depuis ses origines. A la découverte des mondes souterrains. Collection Les Chevaliers de l’Aventure n° 8. Editions du Soleil Levant. 192 p.
  • VAN DEN BOSSCHE D., Grottes de Hotton. Archives vidéo du RTBF, BRT-VRT, Ardenneweb.eu
  • WIKIPEDIA(www.wikipedia.com) et Google (www.google.com)


Cinématographie 
(Cinémathèque de la Communauté Française de Belgique, www.cinematheque.cfwb.be)

  • 1954 : Seul Sous Terre
  • 1954 : Cigalère 54
  • 1955 : Cigalère 55
  • 1955 : Fleurs de Cigalère
  • 1955 : Dimanche Sous Terre
  • 1956 : Rouffignac
  • 1957 : Irak – Turquie
  • 1958 : Italie – Sardaigne
  • 1959 : Corse
  • 1960 : Jeux Olympiques de Rome
  • 1960 : Yougoslavie
  • 1961 : Dans la Nuit des Abîmes
  • 1962 : Fleurs de Cigalère
  • 1963 : La Chasse aux Mammouths
  • 1964 : Merveilles des Gouffres
  • 1965 : Turquie Fabuleuse
  • 1966 : Portugal, Pays des Conquerants
  • 1967 : Maroc, à l’Aventure
  • 1969 : Espagne en Fête
  • 1970 : Java
  • 1971 : Yougoslavie, Eternel Défi
  • 1972 : Sortileges à Bali
  • 1973 : Explorations Sous Terre
  • 1976 : Portugal, Hier et Aujourd’hui
  • 1978 : Le Chant des Abîmes Cévenols
  • 1982 : Aven d’Orgnac
  • 1986 : Ce que j’ai vu Sous Tourre
  • 1992 : Le Trésor de VIX
  • 1993 : La Charbonnière d’Issirac
  • 2010 : Cigalère 1954 et Fleurs de la Cigalère, DVD, éditions Nature-Témoin, Issirac
  • 2011 : Weekend Pépère. Film inédit (I. Derreumaux)
  • 2016 : DVD Rouffignac, éditions Nature-Témoin, Issirac

Discographie (...quand même !!)

  • 1969 : 45T Yougoslavie
    Documents sonores recueillis et enregistrés avec P. D'Ursel

  • 2010 : DVD Cigalère 1954-55, éditions Nature-Témoin, Issirac
    ("Cigalère 54" + "Seul sous terre" : le film complet, montage de l'auteur ( env. 40 min.) - "Cigalère " (1954) : montage "commercial", version réduite ( diffusé en salles de cinéma en complément du film "Le tombeau hindou" de Fritz Lang ( 18 min.) - "Cigalère 55" : 16 mm. , réalisation B.M. ( env. 20 min.) - "Fleurs de Cigalère" : randonnée au " 7° ciel " de la Cigalère, réalisation Alain Lartigue et B.M. ( 8 min. ) + D'autres séquences tournées lors des expéditions des années suivantes ( env. 10 min.)


  • 2016 : DVD Rouffignac, éditions Nature-Témoin, Issirac
    ("Rouffignac, La grotte aux Cent Mammouths"  1956 + "La Chasse aux Mammouths" 1957, réédition sur DVD des films sur pellicule de 1956 et 1957)